Photographies

A propos

Je photographie ce qui me saisit, ce que j’ai entrevu, ce que j’ai cru entrevoir (comme soudain on se dit : j’ai déjà vécu ça !). Le réel s’habille de réalité ; à moins que ce soit le contraire… Il s’agit de rencontres fugitives, imprévisibles, infimes ; « des allumettes grattées à l’improviste dans le noir » (Virginia Woolf) ; des claquements de cymbales ; des grâces.

Je tire vite, comme si j’avais peur d’une disparition soudaine, de l’extinction de la lumière, du passage d’un nuage, d’une invitation à prendre une pause, un café ; comme si la finitude des choses pouvait arriver à chaque seconde ; alors même que ces choses ont déjà une vie beaucoup plus longue que la mienne ; me survivront probablement.

Si, à la lecture de l’image, je vois, je ressens, je saisi ce que j’avais saisi lors de la prise de vue —chose assez rare—, je réalise alors à quel point la photographie a le don d’offrir de la survie à la vie. Je me sens paysée (un baume pour l’âme), dépaysée (l’étrange opère une sorte d’expansion de l’œil et de l’âme) et repaysée (réconciliation du baume et de l’extension). Les trois à la fois.

Tirages en collaboration avec Sten Lena et Pierre Boutiny.